Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mots-nomades de Patrice Favaro - Page 8

  • Des sélections comme s'il en pleuvait!

    Merci aux bibliothécaires, enseignants, libraires qui au travers de  nombreuses sélections pour des prix littéraires jeunesse exigeants permettent à des livres comme les miens ... (sans un brin d'heroic fantasy ni aucun sorciers, monstre ou idiot(e) écervelé(e) et fier de l'être) de vivre et de rencontrer de nombreux lecteurs!

    Sélection prix 2015 Grand Narbonne, niveau CM2/6e pour Ombres et Petite-Lumière (cliquez sur les bandeaux pour visiter les sites)

    cropped-bandeauslj4.jpg

     

    couv-définitive-web.jpg

    Lire la suite

  • Sigismond

    Avec plus d'un mois d'avance sur sa sortie en librairie, le plaisir d'avoir ma nouvelle Petite Poche entre les mains! Merci Soazig, mon éditrice chez Thierry Magnier éditions.

    033.jpg

    Sigismond possède d'énormes oreilles qui font rire tout le monde... sauf lui ! Pourtant, avoir de si grandes oreilles n'a pas que des inconvénients. Qui d'autre que lui peut écouter ce qui se murmure en miniature, ce qui se chuchote en minuscule? Sur le chemin de l'école, Marthe lui avouera même qu'elle les aime, parce qu'elles ressemblent à des coquillages. À partir de ce jour-là, les deux immenses oreilles de Sigismond vont lui donner des ailes... et le rendre célèbre

  • Revue de presse

    Sur le très bon blog TRAVERSÉES

     

    *

    indexTitre : La vérité crue

    Auteur Patrice Favaro
    http://mots-nomades.hautetfort.com/

    Editeur : Editions Thierry Magnier

    Année de parution : 2014

    Prix : €9

    Très beau récit. Poignant. Emouvant. Et qui tient bien en main. La différence. Les différences. C’est le fil rouge de ce livre. Du berger qui veut tuer du loup à l’ado qui veut sauver les animaux, de la jeune fille qui cherche à sauver sa peau à la maman ou au papa qui sauvent la leur en se séparant après la mort du fils… Respect. Tout est dit avec légèreté, vitalité.

    Il est heureux je crois, simplement heureux d’être vivant.

    On pourrait en citer d’autres de phrases qui tiennent en bouche comme en mémoire dans ce récit où les deux ados fuguent ensemble sans savoir trop où, où le papa perdu les récupère et se sauve avec eux, dans le sens Christique (l’ado Raphaël s’autoprénomme Jésus).

     

     

  • Quelle littérature destinée à la jeunesse?

    Un article paru dans le numéro de novembre 2006 de la revue CITROUILLE. Il reste, hélas! bien d'actualité!


    Je n’irai pas jouer de la flûte à Hamelin de Patrice Favaro

     

     

    La question récurrente dans tout dialogue avec des enfants est bien sûr l’inévitable pourquoi des choses formulé (et martelé parfois avec tant d’obstination) à l’endroit de l’adulte. Ce pourquoi est essentiel à leur compréhension du monde, à l’image qu’ils vont s’en faire. Devenu adulte, chacun devrait continuer à pratiquer ce questionnement salutaire. À l’oublier, on risque la léthargie de l’esprit… et de la léthargie à l’état létal : la distance est infime !

    « Écrire, c’est organiser le chaos »

    La phrase est de R.L. Stevenson, et je l’ai faite mienne depuis longtemps. Oui, pourquoi écrire, écrire pour soi et pour l’autre (et plus encore si cet autre est un enfant, un adolescent), si ce n’est afin d’essayer d’organiser le chaos du monde qui nous entoure, de celui qui nous habite, et tenter de donner à tout cela un début de sens ? Parce que c’est bien ainsi que le monde se manifeste à nous chaque seconde si l’on accepte de le regarder en face : chaotique et violent. Avec un peu de chance, et surtout à condition de grandir dans une famille aisée et dans le monde occidental, l’expérience de cette brutalité se fera le plus souvent « à distance » et à travers le filtre des images. Pour le plus grand nombre d’enfants sur cette planète, c’est directement que se fera la confrontation à cette réalité. Être un enfant de Cana au Sud Liban ou un petit Français regardant les images de Cana au J.T. offre un point de vue radicalement différent sur la vie, faut-il le rappeler ?

    Quoi qu’il en soit : expérience proche et directe ou seulement médiatique, la question qui demeure est bien de savoir quel sens l’un ou l’autre de ces enfants pourra donner à la souffrance, à la mort, à l’injustice, à la persécution, aux maux qui s’offrent à sa vue sans retenue dans la société d’aujourd’hui. Et de pouvoir s’interroger s’il existe même un sens à tout cela. Est-ce que des livres pour enfants permettent d’aborder ces questions ? Certains oui, encore, mais ils sont rares, et ils se feront de plus en plus rares, je le crains.

     

    Il était une fois…

    J’entends, j’ai entendu si souvent, l’inévitable protestation : « Dans les bons livres pour enfants, au moins on épargne leur sensibilité ! À quoi sert-il de leur donner à penser que le monde réel est désespérant». Ce n’est pas le monde réel qui est désespérant, c’est notre renoncement à le voir dans sa réalité. L’observer, en témoigner, faire de ce témoignage le coeur de l’acte d’écrire, d’illustrer, de conter, c’est déjà commencer à changer les choses. On ne les changera jamais en fermant les yeux, pas plus qu’en détournant son regard. Le livre n’est pas qu’un objet de divertissement comme on voudrait le faire croire à ceux pour qui lire est une difficulté ; il est d’ailleurs battu à plate couture sur ce terrain par l’image électronique. Aujourd’hui plus que jamais, son intérêt est ailleurs : il permet mieux que tout autre moyen d’interroger le monde, de le penser, et donc peut-être d’agir sur celui-ci.

    Seulement, voilà, les vieilles histoires se répètent à l’infini. Les braves gens de la bonne ville de Hamelin ont été chercher un joueur de flûte. Un habile musicien pour les débarrasser de leurs peurs, des cauchemars qui les empêchent de dormir tranquillement : de ces affreux rats noirs qui hantent leurs nuits. On ne veut pas, on ne veut plus en entendre parler. Que le joueur de flûte les entraîne ailleurs, chez les autres ! Mais, pour cela il y a un prix à payer, et il est incomparablement plus élevé que le salaire consenti au musicien par les gens de Hamelin : le joueur de flûte est un voleur d’enfants.

    Aujourd’hui, le marché du livre, comme ailleurs, regorge de joueurs de flûte qui connaissent parfaitement la musique. Ils conduisent habilement les enfants… à travers les rayonnages d’un univers factice, un univers qui ne se vit pas, qui se consomme. La façon la plus radicale de les noyer, pour tout dire.

     

    Témoigner de l’Autre et de l’Ailleurs

    À Genève (est-ce un hasard ?) une élève de collège m’interpelle : « Vos histoires de pays lointains ne m’intéressent pas ! On a bien assez de problèmes ici pour s’occuper de ce qui se passe ailleurs! » Le joueur de flûte était passé par là bien avant moi.

    Si mes histoires se déroulent le plus souvent à l’autre bout du monde, c’est parce que j’ai toujours eu le goût « d’aller y voir par moi-même », et ce goût-là je ne le dois qu’à mes lectures. Bien sûr, c’est aussi une question de nature et je n’attends pas que tout un chacun ait le même centre d’intérêt que moi. Mais, en écrivant mes histoires, je n’ai jamais eu l’impression de m’occuper d’autre chose que de ce qui se passe, justement, ici et maintenant. La plus ancienne version connue de Cendrillon vient de Chine. Qu’importe ! Si elle a traversé tout autant l’espace que le temps, c’est bien parce qu’elle nous parle. La maltraitance et l’exploitation domestique des enfants sont des maux universels, pas des spécialités chinoises.

    DSCN6072.jpg

    Photo © Patrice Favaro

    Dans mes romans sur l’Inde, ou dans l’album Princesse Laque, il ne s’agit pas de relater mes voyages, ma vie à l’étranger, ou de donner dans l’exotisme, mais bien de témoigner de ce que je peux voir là-bas et qui me semble nous concerner ici. Les enfants des rues de Delhi, affrontent chaque jour une misère qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle qu’on peut trouver dans un squat d’une grande ville française. Les processus qui permettent de faire taire une voix sont partout identiques : dans les prisons de Birmanie, dans celle de Guantanamo, tout comme dans le huis clos d’une famille où règne la violence parentale. L’intérêt que je vois à écrire sur l’Autre et sur l’Ailleurs, c’est qu’ils nous apprennent souvent plus sur nous-mêmes que la pratique prolongée et répétée de l’introspection. Pour cela, il faut accepter de prendre de la distance, du recul, un minimum de risques aussi, et se décoincer le nez de son petit nombril.P1180028.jpg

     Photo © Patrice Favaro

     

    Apprendre à voir et refuser de se taire.

    Quand on refuse de s’en tenir au rôle d’hypnotiseur qui semble être dévolu aujourd’hui à l’auteur, et plus encore à l’auteur jeunesse, il n’existe que deux façons de dire le monde. Ou plutôt deux façons de tenter de le faire. La première est factuelle : elle répond aux quand ? qui ? quoi ? où ? comment ? du journalisme. La seconde plonge plus loin, elle s’intéresse au pourquoi des choses, encore et toujours, dans sa complexité, en ne faisant pas l’économie de l’émotionnel, du symbolique, de l’inconscient. C’est précisément pour cette raison-là que j’ai choisi d’écrire des romans ou des histoires qui ont le goût du conte comme dans Princesse Laque où une jeune femme, si semblable à Aung San Suu Kui peint sur des objets laqués la terrible réalité du royaume de Birmanie. Cette histoire, je ne la pense en rien « étrangère ».  Que croit-on désormais ici dans ce monde si bien nanti économiquement ? Que veut-on faire croire aux enfants qui y grandissent ? Qu’ils sont définitivement à l’abri des soubresauts du monde, des bruits de bottes, des guerres, de la tyrannie ? Que le reste de la planète peut sombrer dans la misère et la violence, le désastre écologique, l’épidémie, sans que cela ne vienne dérange un jour leur sommeil ? Quel bel air de flûte ! On peut certes le regretter, mais le monde n’en est pas moins ce qu’il est. Pourquoi devrais-je alors mentir à son sujet ? Est-ce mon rôle en tant qu’adulte, en tant qu’auteur ?

    Dans un film d’Agnès Varda, deux personnages conversent dans la pénombre. Soudain l’un dit à l’autre : « Allume un peu la lumière, j’entends pas bien ce que tu dis ! » Donner un peu de lumière, une lumière qui donne à entendre, à davantage comprendre, à mieux se connaître : quelle autre ambition pourrait-t-on avoir en écrivant ?

    Je n’en ai pas d’autre et je n’irai jamais jouer de la flûte aux enfants d'Hamelin ou d'ailleurs.

     

     

  • Penser librement

    Ce bouquin, coécrit avec Philippe Godard (Tina, Simon, Rachid, etc.) n’a malheureusement eu aucun écho ou presque à sa publication ni de la part des enseignants, ni des bibliothécaires, ni même encore des libraires, il faut aussi le dire. Une très grande déception pour nous deux tant l’enjeu des thèmes exposés et traités nous semblaient urgents à aborder dans les classes et ailleurs. A l’éclairage des événements récents et de certaines réactions qu’ils ont suscitées chez les jeunes, je ne peux que déplorer plus encore que les débats espérés autour de cet ouvrage n’aient jamais eu lieu. Il est vrai qu'en matière de littérature de Jeunesse les sempiternels joueurs de flûte de Hamelin ont toujours étouffé tout autre musique...

     

    Penser librement: Tina, Simon, Rachid et la politique, la vraie!, de P. Favaro et P. Godard - lu par la librairie Rêv'en pages

     

     

    Les élèves d'une classe de seconde sont chacun à leur tour confrontés à des situations de la vie qui les questionnent : sont - ils libres d'aimer qui ils veulent, de croire ou pas, de choisir le métier qui leur plaît, de manger ce qui leur chante ? Comment faire entendre leur voix ? Quelles sont les conséquences des choix qu'ils sont appelés à faire ? Autour des nouvelles qui racontent ces situations sont cités les textes de loi les concernant, ainsi que des encadrés qui élargissent le propos en évoquant des situations comparables, dans une perspective historique ou géographiquement élargie. Le propos est d'amener les lecteurs à une indépendance de jugement et de décision, et de les aider à s'engager dans une vie citoyenne. Car la politique concerne les individus de tous âges, et la plupart des aspects de la vie, y compris la vie quotidienne. Un ouvrage vivant et passionné pour donner envie de faire entendre sa voix.

  • 2015

    Pour cette nouvelle année, je relaie l’illustration de Françoise Malaval, j'adhère totalement... et j'ajoute même:

    Ne demandez pas la lune,

    décrochez-la vous-mêmes...

    Power to the people!

     

    10891658_1548417138733616_2427925161078432094_n.jpg

     

  • Un des très bons moments de l'année 2014

    Un des très bons moments de l'année 2014: mon duo avec Franck Pavloff.

    C'est cette fois-ci sur une proposition de l'Agence que Franck Pavloff et Patrice Favaro, jouissant l'un et l'autre d'une belle reconnaissance, nous ont donné la mesure d'un éloignement choisi – des centres, des bruits et des trépidations –, éloignement d'un certain paraître dont malgré tout, il est bien difficile de faire la complète économie.

    Franck Pavloff, romancier vivant dans les Hautes-Alpes, a invité Patrice Favaro, installé maintenant dans les Alpes de Haute-Provence après s'être longtemps niché dans le plus haut village d’Europe (au cœur du Queyras), à échanger leurs expériences et ressentis mutuels. Comment vit-on la ville et l'effervescence du microcosme éditorial, de si haut de si loin de si calme ?

     

    Le texte est a télécharger ici.

     

  • Recherche partenaires... toujours et encore!

    Projet de création d'une exposition

    Murti de Françoise Malaval, imagière

     

    005.jpg

    Marbres noir et blanc © F.M.

     

    En Inde, une murti est une image dans laquelle s’incarne une présence. Présence, quel autre mot pourrait mieux définir le travail que mène, depuis plus de trente ans ici et en Asie, Françoise Malaval ? Un travail d’imagière comme elle aime à le dire : images faites d’encres et de pigments, de papiers de couleurs, images taillées dans le bois, la pierre, le lino, parfois même constituées de fleurs ou de sables. En chacune d’elles s’incarne une présence puisque tout ce que crée Françoise Malaval raconte une histoire. La même, inlassablement, celle qui nous dit ce que nous sommes tout autant que le monde auquel nous donnons vie par nos rêves et pensées.

    mouettes ensemble.jpg

    Livres accordéons © F.M.

    singes vue ensemble.jpg

    Si les réalisations de Françoise Malaval sont aujourd’hui entièrement dédiées aux livres, de l’album jeunesse au livre-objet en passant par le livre-jeu ou encore l’illustration de roman ou de poésie, on ne peut tout à fait comprendre sa démarche qu’à la lumière de l’ensemble de son parcours artistique. Celui-ci fut tout d’abord marqué par son travail de sculpteur sur des matières aussi diverses que le bois, la pierre, le cuir ou les matériaux synthétiques. Une première étape qui la conduisit par la suite à réaliser pour le théâtre des masques, des décors et des objets animés. Ce seront ensuite d’autres formes de spectacles qui feront appel à elle pour créer des objets, des costumes et des personnages géants pour le théâtre de rue, des marionnettes pour le castelet, ou encore des silhouettes animées pour le théâtre d’ombres. On le voit clairement : ces créations étaient toutes marquées au sceau d’une narration imaginaire et figurative, un fil rouge qui a conduit tout naturellement Françoise Malaval jusqu’au livre.

     

    5.jpg

     linogravure rehaussé aquarelle © F.M.

    Aujourd’hui, l’envie est venue à l’association Massala de confronter ces différentes « époques » et de les inviter à un effet de miroir qui se jouerait du temps et de l’espace au cœur d’une exposition rétrospective consacrée à Françoise Malaval.

     

    1.jpg

     

     encre, © F.M.

    C’est à participer à ce projet que nous vous invitons à titre direct ou bien en votre qualité de personne ressource. L’association Massala, qui assurera la production et le commissariat de l’exposition, recherche deux types de partenaires pour les associer à cette réalisation.

    Le premier concerne la recherche d’un lieu d’exposition susceptible d’accueillir des pièces multiples et variées.

    — Accrochées aux cimaises tout d’abord : planches originales d’ouvrages illustrés, planches de carnets de voyage, gravures, livres bannières ; mais aussi esquisses, dessins et travaux préparatoires.

    Image2.jpg

    carnet de voyage Inde © F.M.

    — Sous vitrines et sur supports également : livres-objets, livres-jeux, leporellos (livres-accordéons), sculptures, marionnettes, masques.

     

    006.jpg

    bronze © F.M.

     

    — En installation enfin : kolams de sable et de fleurs au sol, projection de silhouettes sur écran d’un théâtre d’ombres.

     

    1A89.tmp.jpg

    silhouette pour théâtre d'ombres, papier, © F.M.

    Nous cherchons pour tout cela un lieu situé dans un premier temps en région PACA. Nous cherchons également un partenaire en matière de communication : élaboration d’un plan de communication, réalisation de supports d’information papier et numérique, service et relation presse.

     

     

    002.jpg

    bois, © F.M.

     

    Si cela vous intéresse, vous interpelle, vous donne envie d’en savoir plus et de recevoir un dossier complet de présentation, laissez vos coordonnées à Patrice Favaro par mail : favaropa@gmail.com qui vous contactera rapidement. 

    elephant serigraphie.jpg

     sérigraphie sur tissu, © F.M.

     

  • Une frontière

    Joli cadeau de Noël, la couverture définitive ou presque de mon prochain roman chez Le Muscadier! En exclu mondiale! A paraître début février 2015

    Capture.JPG

    Une ligne de collines brunes barre l’horizon. C’est la frontière entre le Souryastan et le Chandrastan. Sâd et Nôr habitent un village proche de cette frontière. Et ce matin, dans la cour de l’école, le maître lit «une annonce de la première importance. Depuis plusieurs semaines, un danger plane au-dessus de notre patrie, le gouvernement vient de décréter l’état de vigilance.»

    Cette nouvelle version d’un roman paru en 2004, entièrement revue par l’auteur dix ans après, est plus que jamais d’actualité : traditions défavorables aux filles et aux femmes, moyens d’informations transformés en organe de propagande, militarisation des enfants.

    Patrice Favaro, comme chaque fois qu’il s’empare de sujets graves, sait trouver le ton juste pour parler à son lecteur.

     

    Le site de l’éditeur, c'est ici