Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mots-nomades de Patrice Favaro - Page 9

  • Toujours en librairie!

    Pour lire le premier chapitre de La vérité crue (Prix Littérature ados 2014 Radio Télévision Suisse) cliquez sur l'image!

    laveritecrue06-web.jpg

  • En avant première

    En avant première la couverture de ma prochaine "Petite Poche" aux éditions Thierry Magnier, parution premier trimestre 2015.

    les-oreilles-de-sigismond-9782364746619_0.gif

  • Des artistes lancent un appel contre l'"effritement du réseau culturel"

    "A l'heure où le populisme grandit, où le divertissement se substitue à la culture et où trop de responsables politiques semblent abandonner le défi de l'émancipation humaine, il n'est plus possible de se taire", indique l'appel lancé par le Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles).

     

    A lire ici

  • Ombres et Petite Lumière en braille

    Mon roman Ombres et Petite Lumière, illustré par Françoise Malaval est désormais adapté en braille, faites-le savoir pour ceux, personnes et assos, que ça pourrait intéresser.

    couv-définitive-web.jpg

    Le lien est ici

     

     

  • LA fille du loup...toujours en librairie...

    puisqu'elle sévit toujours autant sur les plateaux télé!

     



    Capture.JPG

  • Journée du livre jeunesse de Bourges, un modéle!

    De retour d’une belle manifestation, comme je les aime, privilégiant le fond et la qualité des rencontres plutôt que le nombre et la com’. C’était à Bourges du 26 au 29 novembre. Un beau partenariat entre La Ligue de l’Enseignement du Cher, la structure organisatrice, et ses partenaires : l’association Lire aux Éclats, la Médiathèque de Bourges et des établissements scolaires et des bibliothèques du  département.

    002.jpg

    J’ai rencontré avec beaucoup de plaisir et d’émotion, mais aussi d’admiration pour le travail de préparation réalisé en amont, les élèves des collèges de Saint-Amand, de Vierzon et de Bourges ainsi qu’une formidable classe de primaire à l’école Pressavois de Bourges. Un grand merci à tous ces jeunes lecteurs passionnés et à leurs enseignants pour ces beaux moments de partage.

    044.jpg

    Un kolam pour m'accueillir à l'entrée de la classe, école de Pressavois

    042.jpg

    Samedi, dédicaces dans l’espace librairie mis à disposition par la médiathèque. Y étaient exposés et vendus les 200 titres, pour tous les âges, sélectionnés par le comité de lecture d’Éclats de Lire, animé par Hélène Touzel Paillard, également responsable du secteur jeunesse de la médiathèque. Une excellente idée qui permet de mettre en valeur des ouvrages en direction desquels les lecteurs potentiels n’iraient pas forcément tendre la main.

    070.jpg

    Une parfaite réussite donc pour cette manifestation qui va accueillir après moi et jusqu’au 10 décembre Antoine Guillopé, puis Régis Lejonc.

    Un grand merci à Robin Fruhinsholz, Nacéra Chikh et Nelly pour la Ligue du Cher et à Hélène Touzel Paillard et tous les bénévoles pour leur accueil chaleureux, leur compétence, leur engagement et leur énergie.

    072.jpg

    Robin Fruhisholz à gauche et Hélène Touzel Paillard à droite de la photo.

     

    L'occasion aussi de faire une rapide visite de la cathédrale et d'aller marcher au petit matin à travers les marais des maraîchers! Superbe!

    011.jpg

    068.jpg

    fichier_du_20141029160634.jpg

  • Ce qu'en disent les bibliothèques de Montréal

    Un roman court et poignant qui se clôt sur une chute pleine d'espoir et qui pose un regard plein de justesse et de sensibilité sur un drame vécu par des milliers d'Américains. Ceci tout en expliquant avec une belle limpidité les causes de la crise, la corruption, les spéculations financières, etc., au gré d'une discussion qui est fort bien intégrée au texte. Un très bel outil qui s'insère dans une collection de fictions brodées autour de sujets économique, éthiques et sociaux se voulant un outil de compréhension du monde contemporain. [SDM]

    51z0ROn8ZnL._.jpg

  • Les morts pour rien

    À la mémoire de Rémi Fraisse.

    À l'attention de monsieur Carcenac, président "socialiste" du Conseil général du Tarn. C'est aujourd'hui qu'on voudrait vous entendre dire: "Ce 11 novembre, les clairons commémoratifs résonnent pour de vrais "morts pour rien", ceux-là". Car voyez vous, contrairement à vos propos obscènes, ce qui est vraiment bête, c'est qu'il faille parfois mourir à cause d'idées qu'ont les gens comme vous...En 1914 tout comme aujourd’hui!

     

    photo-1257928113155-1-0.jpg

     

    Thierry Carcenac, Président du Conseil général du Tarn à propos de la mort de Rémi Fraisse : « Mourir pour des idées, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête ».

  • Princesses

    Un extrait de texte inédit pour accompagner une projet d'album de Françoise sur les robes des petites filles indiennes qui n'a pas encore trouvé preneur à ce jour (avis aux éditeurs!)

     

    LE FIL D’OR

     

    Les petites filles indiennes rêvent de robes de princesse, de princesses à la peau blanche uniquement. Une véritable épidémie. Les robes à manches ballons et à volants vaporeux débordent des boutiques jusque dans les rues des villes et des villages. A Trichy, dans le Tamil Nad, le Palais de le Robe en compte plus de 8000. Fierté du propriétaire. Cendrillon s’y perdrait sans doute en cherchant quoi mettre pour aller au bal. Strass, pacotille, clinquant: ces robes tout en toc brillent de mille feux bien plus fascinants aux yeux des fillettes indiennes que les vrais fils d’or des saris que portent leurs mères.

     Rouleau 172 - 24.JPG

    Rouleau 172 - 28.JPG

     Rouleau 172 - 25.JPG

     

     Rouleau 169 - 62.JPG

  • Petit bonus

    Oui, voici le début du texte que j'ai écrit et que je donne en lecture dans les rencontres autour d'Ombres et Petite-Lumière (voir le post précédent).

     

    COMMENT NAISSENT LES OMBRES…

     

    Dans la caverne                                                         

    La nuit est profonde, un feu de bois éclaire la caverne. À l’abri sous la roche, des femmes et leurs enfants, dorment à même le sol, serrés les uns contre les autres. Plus tôt, les hommes sont partis à la chasse loin de la grotte. Au-dehors, le froid paraît avoir des dents. Un enfant veille sur la flamme qui danse entre les braises : il sait que la vie de tous dépend de ce feu. De temps à autre, l’enfant entend l’appel d’une bête, parfois tout proche, parfois lointain. Elles sont nombreuses à rôder alentour : il sait distinguer celles qui fuient l'homme et celles que l'homme fuit. L’enfant redoute la peur qui grandit tandis que s'écoule trop lentement le temps sombre de la nuit. Pour l’aider à apprivoiser ses craintes, le père de l’enfant lui a confectionné de petits animaux en argile : un loup, un tigre à dents de sabre, un lion… L’enfant lutte maintenant contre la fatigue qui vient, mais ses paupières s’alourdissent. Pour ne pas s’endormir, il joue avec les petits animaux de terre en les plaçant juste devant la flamme du feu… Leurs ombres prennent vie sur la paroi de la caverne. Une idée traverse l'esprit de l'enfant, il n'a plus du tout sommeil. Il saisit un morceau de charbon de bois, se lève et va dessiner les contours des animaux à même la pierre où leurs ombres se projettent. Quand viennent les premières lueurs de l’aube, leurs silhouettes sont toujours là. Elles demeurent prisonnières du rocher. Tandis que les femmes et les plus jeunes se lèvent, l’enfant peut s’endormir : il sait désormais comment conjurer sa peur.