Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mots-nomades de Patrice Favaro

  • L'ami Denis

    P5080003.JPG

    dans le Sud vers Yaté

    Dans sa série "Dans le rétro 2018", la revue Citrouille met en ligne l'entretien que j'avais réalisé avec mon ami, mon frère du lointain, Denis Pourawa... en 2003 pffff... déjà! Mais je crois que ça reste toujours d'actualité. En passant 

    Souvenirs d'une balade avec ma Françoise et Laurence Tokiko Loli, parties toutes deux à quelques mois d'intervalles.

    P5090026.jpg

     

    P5090023.jpg

  • Modeste modestine

    P6180019.JPG

    Photo P.Favaro

    Il y a, au cours des ans, des projets littéraires qu'on abandonne faute d'avoir su ou pu trouver la bonne personne pour les éditer. "Nous, les bêtes" a été de ceux-là. Avec ma femme et complice de toujours Françoise Malaval pour les illustrations et Philippe Godard pour le volet documentaire, nous avions imaginé en 2015 donner la parole aux bêtes! Nous avions choisi quinze animaux qui ont réellement existé et dont les faits ont profondément marqué les esprits des hommes et des femmes de leur temps et de leur espace géographique. L'ânesse de Stevenson, Modestine, faisait partie de la troupe des sélectionnés. Pour présenter le projet, j'avais écrit une des quinze fictions que Françoise avait illustrée (je scannerai bientôt l'original pour vous le présenter) et dont Philippe avait écrit le documentaire venant compléter le tout. Hélas, le tout est resté lettre morte... Un projet qui ne rentrait pas dans les cases, nous avait-on dit.

    En cette période estivale où l'on randonne, parfois  avec des ânes comme sur le circuit Stevenson, j'ai cru bon de redonner la parole à la modeste Modestine, et je vous conseille vivement le livre de JY Loude et Viviane Lièvre Voyage avec mes ânes. Soyez doux et patient avec ces animaux d'une intelligence et d'une finesse hors du commun.

     essai aqua.jpg

    étude préparatoire, aquarelle Ó F.Malaval

    MODESTE MODESTINE

    Je vous l’assure ! Un « accessoire de literie » une sorte de « bois de lit automatique sur quatre pieds », c’est ainsi qu’il me considéra le jour où il m’acheta. J’exagère, pensez-vous ? Mais, c’est écrit noir sur blanc dans un livre… son livre ! Du mobilier mobile, voilà ce que j’étais à ses yeux, et rien de plus. Pour soixante-cinq francs et un verre d’eau-de-vie, sur la place du marché au Monastier, l’affaire fut conclue. Je changeai de propriétaire et quittai les mains calleuses du Père Adam pour passer entre celles, plus raffinées en apparence, d’un écrivain, écossais. Je gagnai au change, allez-vous sans doute penser. Balivernes ! Dès le lendemain six heures, ce novice en science asienne me passa sur le dos une selle si mal fichue et me chargea de façon si maladroite qu’il ne fallut pas plus d’une demi-minute pour que tout le bât glissât dans la poussière. Que croyez-vous qu’il se passât alors ? Ce fut moi qu’on corrigea, sans ménagement, et non le bât et l’incapable qui s’en occupa.

    La veille, ce même homme, qui cachait sous ses airs cultivés une brutalité bien ordinaire, semblait pourtant être tombé sous mon charme. Les lignes qu’il écrivit à mon sujet en témoignent : une charmante petite ânesse, le poil couleur d’une souris idéale, le regard bon, la mâchoire bien dessinée, si menue et élégante de formes. Une élégance qui lui fit défaut plus d’une fois à mon égard : dès les premiers instants, les coups se mirent à pleuvoir. Chaque pas que je faisais, durant les premières étapes du voyage que ce fou littéraire s’était mis en tête d’accomplir, me coûtait double ration de gourdin. Cela vous paraîtra curieux, mais, quand il me frappait, je l’entendais gémir d’avoir à le faire et ses yeux se remplissaient souvent de larmes. La douleur pour les bêtes, les pleurs pour les hommes. Cela vous étonne ? On le serait à moins ! Les êtres humains sont de bien étranges créatures ; assez sommaires, à dire vrai, pour croire encore que la force brutale peut avoir plus de résultats que l’exemple et la persuasion en matière d’apprentissage.

    Par bonheur, mon sort s’améliora quelque peu par deux fois au cours des jours qui suivirent. La première au soir d’une étape passée à l’auberge du Bouchet-Saint-Nicolas. Il y avait là un aubergiste qui fit présent à mon écrivain d’une simple gaule pointue, d’un huitième de pouce, auquel il donna le titre ronflant d’aiguillon. Et voilà tout à coup notre romancier écossais s’imaginant qu’il était devenu le maître et que j’étais son esclave. Vous riez, mais ce furent les mots mêmes qu’il coucha dans son carnet. Une simple piqûre et je lui donnais le change en partant d’un joli petit trottinement qui avalait les lieues. Plus de bastonnade vaine, plus de fouet inutile : une simple piqûre sur la croupe, disais-je, pareille à celle d’un taon ou d’une guêpe, suffisait à me mettre gaillardement en route. C’est là, pour nous autres, une simple loi de la nature, mais ce benêt trouvait l’invention merveilleuse. S’il s’était essayé à me comprendre, j’aurais pu lui en faire la démonstration plutôt, nous aurions ainsi évité tous deux tous ces maux superflus.

    Une deuxième halte me permit également de continuer la route que ce diable d’homme m’imposait avec une peine bien moindre. Il y avait au Cheylard, un homme qui avait débuté dans la vie comme muletier. Lorsqu’il vit que mes deux jambes d’avant avaient la chair à vif et que du sang coulait sous ma queue, il expliqua à mon écrivain la bonne façon de répartir équitablement le poids sur mon dos. Il fallut deux étapes encore pour que celui-ci, à cause d’un entêtement qui est sans doute un trait commun à tous les gens d’Écosse, admît enfin la leçon qu’on lui avait faite.

    La suite du voyage nous fit longer les confins du Vivarais et du Gévaudan. J’y allais bon pas et sans trop de peine bien que la proximité de cette dernière région ait été de nature à me faire hérisser le poil. Pourquoi, me demandez-vous ? Je vous épargnerai le détail de cette histoire, mais sachez qu’une bête sanguinaire y a longtemps sévi, croquant avec gourmandise les enfants de ce pays. C’est du moins ce que prétendirent, en échangeant des regards en coin, les gens dans les villages que nous traversâmes. Il se peut aussi qu’ayant affaire à un menteur de profession, ce qu’est en vérité un faiseur de romans, ces pauvres paysans se crurent obligés de lui servir quelques belles menteries en guise d’hommage.

    Nous cheminions désormais tous deux sous une sorte d’entente tacite : j’allais où mon propriétaire voulait, même si ces choix me parurent souvent extravagants et aventureux ; en contrepartie, j’étais traitée presque dignement et plus d’une fois il partagea avec moi sa ration quotidienne de pain. Étions-nous devenus pour autant de vrais compagnons ? J’aurais pu le croire si, au bout de ces longues journées de marche commune, la fin du voyage ne s’était bientôt profilée. Laissez-moi vous exposer ce modèle de trahison. Nous passâmes donc notre dernière nuit au clair de lune, et je reçus avec des manifestations de reconnaissance le pain que me tendit celui qui se pensait mon maître. Naïve créature que j’étais ! Le lendemain, après avoir dépassé Saint-Germain-de-Calberte, commença alors le long trajet qui descendait sur Saint-Jean-du-Gard. Nous y fîmes étape au soir. Pour suivre le rythme que l’Écossais m’avait imposé, j’étais presque parvenue au-delà même de mes forces. Il y avait à l’auberge un garçon d’écurie qui m’examina et me déclara incapable d’aller plus loin. J’avais besoin de deux bonnes journées de repos. Mais celui pour qui j’avais fait une si pénible route n’entendait pas prendre pareil retard dans ses projets. Il y avait une diligence qui partait pour Alès, terme de son périple en cette région. À partir de là, il devait ensuite prendre un courrier rapide et enfin s’apprêter à quitter notre pays. Ce qu’il fit ? Une ligne dans le livre qu’il consacré à ce périple en témoigne : « Je décidai de vendre mon amie et de partir par la diligence de l’après-midi. » Son amie ! Entendez-vous ? Vendue pour trente-cinq francs avec le bât et tout l’attirail. Oubliés, les douze jours de compagnonnage, même s’ils furent orageux à leur début ; oubliés, les cent vingt kilomètres parcourus, les chemins escarpés de montagne, les pistes marécageuses… Belle amitié, en effet ! Un homme que je ne connaissais pas me tira bientôt par le cou pour me conduire un peu à l’écart de la route où se tenaient des paysans qui pressaient des pommes. Pendant ce temps, le maire du bourg avec lequel l’écrivain avait fait connaissance l’accompagnait tranquillement vers la diligence. Je l’entendis lancer en guise d’adieu à mon littérateur écossais : « Bon voyage, monsieur Stevenson, et ne nous oubliez pas quand vous aurez regagné votre pays ! » Tandis qu’on me poussait vers un sentier de traverse, je me tournai une dernière fois vers celui que j’avais servi durant douze jours… Ce que je vis alors ? Allez-vous consentir à me croire ? À l’instant où le père Adam m’avait vendu au Monastier, le vieil homme n’avait pu s’empêcher d’écraser quelques larmes. J’avais mis cette démonstration d’affection inhabituelle sur le compte de l’eau de vie, celle qu’il avait fait descendre dans sa gorge pour sceller l’affaire. Mais, quand les yeux de monsieur Stevenson plongèrent dans les miens, il me faut bien l’admettre, ses larmes me parurent plus mille fois plus abondantes.

    Je vous le dis, mes chers camarades, qui m’écoutez ce soir à la veillée dans cette grange à foin où nous autres, ânes, baudets, mules et mulets, sommes parqués loin des oreilles des hommes : leur âme nous sera à jamais insondable !

    Ó Toute utilisation ou reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.

    P6180018.JPG

  • Un été à l'écritoire

    Un été au bureau pour travailler à un nouveau livre documentaire avec l'ami Philippe Godard. Ce sera pour une toute nouvelle maison d'édition qui monte qui monte... Le sujet? Motus et bouche cousue. En attendant vous pouvez vous plongez dans les deux précédents: si vous avez envie de vous bouger et de faire bouger... même s'il fait chaud!

    couv I E.JPG

    IMG_0897.jpg

  • L'autre dans les livres jeunesse

     

     

    20180629_121428.jpg

    20180629_123454.jpg

    Une publicité d'un racisme répugnant mais si commun à la fin du 19e siècle.

     

    J'ai enfin pu visiter à loisir l''exposition Magasin des petits explorateurs (commissaire et concepteur de l'expo: Roger Boulay) pour laquelle j'ai eu le plaisir et l'honneur d'écrire un article dans le somptueux (49€ !) catalogue édité pour l'occasion.

    Elle a répondu à toutes mes attentes sur le sujet abordé. Je pense qu'il était indispensable que soit enfin fait acte de ce qui a marqué si fortement l'esprit de tant de générations d'enfants européens et nord-américains dans la perception, hélas si désastreuse, des autres cultures que la (les) leur(s).

    A mon sens, ce serait faire œuvre toute aussi utile que d'examiner dans la production destinée à la jeunesse d'aujourd'hui ce qui perdure de ces visions, au mieux ethnocentrées, au pire post-colonialistes. Certes, nous n'en sommes plus aux couvertures titrant Pif et Paf chez les Cannibales, mais il n'en reste pas moins que, l'année dernière, un manuel scolaire de Nathan suscitait la polémique pour avoir proposé un exercice de mathématique où les migrants remplaçaient les choux et les navets d'antan.
    Ce dernier exemple me permet d'ailleurs de soulever un questionnement abordé lors de cette rencontre: l' impressionnante disparité qui existe entre, d'une part, une littérature de jeunesse d'aujourd'hui qui s'est affranchie des vieux schémas de pensée (en partie seulement et sans toujours éviter une certaine bonne conscience!) et le domaine des manuels scolaires de l'autre dans lesquels ces même schémas semblent avoir la vie dure mais avec des tirages qui sont au minimum 10 à 20 fois supérieurs à ceux des meilleurs albums jeunesse par exemple.
    Si d'aventure, une réflexion sur ce sujet pouvait être menée, je serai tout à fait ravi d'y apporter ma très modeste contribution.

    36433983_2181290825233693_3753398845124378624_n.jpg

  • LA DÉCOUVERTE DE L’AUTRE DANS LA LITTÉRATURE JEUNESSE DES ANNÉES 40 À AUJOURD’HUI

    SAMEDI 30 JUIN à 17H (TABLE RONDE): LA DÉCOUVERTE DE L’AUTRE DANS LA LITTÉRATURE JEUNESSE DES ANNÉES 40 À AUJOURD’HUI

    De très belles et passionnantes rencontres au Quai Branly. Ici avec Roger Boulay, commissaire de l'exposition Le Magasin des petits explorateurs. Une belle communauté de pensée.

    36469822_2183841781645264_1133722837584969728_o.jpg

    Photo Anne Bihan

    Roger Boulay, commissaire de l'exposition "Le Magasin des petits explorateurs" en compagnie de Patrice Favaro, auteur de livre jeunesse et formateur, invité à plusieurs reprises en Nouvelle-Calédonie notamment pour des ateliers d'écriture qui auront solidement soutenu l'émergence d'une littérature jeunesse contemporaine.


     

     

  • La passion de transmettre: hommage à Françoise

    Très touché par un message reçu aujourd'hui. Magali a été reçue au concours de professeurs des écoles. A l'oral, elle a présenté avec succès un dossier inspiré de sa rencontre avec Françoise dans le cadre de la manifestation L'Ivre Jeunesse et intitulé L'ELEPHANT MITHILA DE FRANCOISE MALAVAL. Je viens de le parcourir et je me dis que les futurs élèves de Magali vont avoir bien de la chance. Bonne route donc, Magali, et merci encore pour ce beau et touchant hommage à celle qui a toujours eu à cœur de faire partager sa passion pour l'Art et l'Asie aux enfants.

     

    Voilà l'éléphant en question!

    éléphant et cie 1.jpg

    Et la citation qui ouvre le dossier: « L’art et la culture sont, tout à la fois, la respiration et l’inspiration absolument indispensables dans toute éducation scolaire. »
    Philippe Meirieu - L’éducation artistique et culturelle : une pédagogie de l’ébranlement

     

  • Atelier "Mise en voix"

    Pour celles et ceux, organisateurs, enseignants, bibliothécaires, qu'un tel atelier pourrait intéresser.

    MISE EN VOIX... DONNER A ENTENDRE

    C’est un long chemin buissonnier qui m’a fait passer de la musique et de la lutherie de mes débuts professionnels à l’écriture que je pratique aujourd’hui, avec un long détour par le théâtre. J’ai fini cependant par me rendre compte que j’ai toujours suivi un même fil rouge : donner à entendre.

    Comme le musicien ou le comédien, l’auteur donne lui aussi à entendre : non seulement les différentes voix, intérieures ou non, de ses personnages, mais aussi la sienne propre qui possède son phrasé particulier, son rythme, son accent peut-être même. L’écrivain Philippe Sollers a confié à un journaliste lors d’une interview : « J’écris à l’oreille. » Une phrase que je fais mienne sans la moindre hésitation.

    Souvent, j’ai ainsi donné à entendre en prêtant ma voix à ceux qui ne peuvent pas s’exprimer, à ceux que l’on fait taire, mais aussi à ceux qu’on oublie d’écouter parce qu’on n’a pas assez de temps à leur consacrer, parce qu’on juge que ce qu’ils ont à dire n’est pas important. Écrire pour les enfants et les jeunes, au bout du compte, c’est aussi leur prêter un instant sa propre voix, autant celle de l’adulte qu’on est devenu que celle de l’enfant qu’on a été. En écrivant un très court texte comme Les oreilles de Sigismond, qu’on peut lire d’une traite silencieusement comme à voix haute, j’ai voulu illustrer cette manière d’appréhender l’écriture… à l’oreille. Une sorte de point d’orgue !

    Mais, pour boucler la boucle, il fallait qu’à leur tour des enfants ou des adolescents puissent prêter leurs voix à ce Sigismond aux grandes oreilles tout comme à quelques autres de mes personnages, pour leur donner plus de vie encore. Un prêté pour un rendu ! Plus d’une fois, j’ai eu l’occasion d’être accueilli dans une classe où des élèves me lisaient un extrait de l’un ou l’autre de mes livres avec beaucoup de conviction et d’enthousiasme, mais souvent sans avoir eu forcément à disposition les outils pour surmonter les difficultés qu’impose ce genre d’exercice. Des outils que mon expérience de la musique, du théâtre, et enfin de l’écriture m’a permis quelque peu de me forger.


    podcastlecture diffusée sur Fréquence Mistral dans le cadre d'un projet mené en 2017 avec 4 classes. Coordination Médiathèque de Château-Arnoux (04) réalisation sonore Mario-Poncelet et Françoise Malabave de Radio Fréquence Mistral.

    Les titres concernés sont:

    ·         Les oreilles de Sigismond pour les classes de CE 2 au CM2.

    ·         La danse de l'Ourse et Ombres et Petite-Lumière pour les classes de 6e et 5e.

    Ces trois livres mettent particulièrement l’accent sur l’écoute, la voix, la musique, le théâtre et le conte. 

     

     

     

    Un travail en classe sur trois séances

    Scénarisation, choix des chapitres ou extraits, montage des séquences sous format émission radio.

    Mise en scène sonore : les voix, les ambiances sonores, la musique, les enchaînements

    Répétitions et réglages

     

    L’enregistrement et une restitution collective clôtureront ce travail mené avec les différentes classes.

     

    Coordonnées de l’auteur

    04 92 72 52 04

    favaropa@yahoo.fr

  • L'exposition Françoise Malaval Imagière à Charleville-Mézières

    Image en primeur! L'affiche pour la prochaine exposition des œuvres de Françoise à Charleville Mézières! Amies et amis du Nord-est... à vos agendas!

    Trois auteurs invités Jean-Yves Loude, Philippe Godard et moi-même

     

    Merci Thibaut Canuti pour avoir eu cette belle idée d'invitation!

    Affiche et recto flyer MALAVAL.png

    Flyer-verso-MALAVAL A6.png

  • Sur les pas des bouddhas

    LE QUARANTE-DEUXIÈME ET DERNIER BOUDDHA

    41 aquarelles originales de Françoise Malaval

    Préface de Patrice Favaro

     

    001.JPG

    Durant de très nombreuses années, l’artiste et illustratrice Françoise Malaval a partagé son temps entre la France et l'Asie. Sa passion, son parcours d'artiste imagière, sa vie. En 2015, elle entreprit de représenter 1000 bouddhas: ceux qu'elle avait pu voir au cours de ses voyages et ceux qu'elle souhaitait encore découvrir. Il y en eut quarante et un. Le 21 octobre 2016, Françoise Malaval est partie peindre son quarante-deuxième bouddha et les suivants sur un autre chemin. Un chemin que les aquarelles présentées dans cet ouvrage avec les mots si profondément humains qu’elle a inscrits au verso de chacune d'entre elles nous laissent entrevoir avec une saisissante intensité.

     

    002.JPG

    96 pages dont 82 en couleurs

    Impression : Yenooa (Gilles Colleu et Jutta Hetpke)

    Traitement images et maquette : Edition du Queyras (Pierre et Gaëlle Putelat)

    ISBN : 978-2-9533428-8-8     

     

    Bon de souscription ici

     

    Date de parution : 20 janvier 2018

  • Samadama, un hommage à Françoise Malaval

    Sur le site de Dazibao de l'Agence régionale du Livre PACA.

    La bibliothèque Méjanes d'Aix-en-Provence propose, du 20 janvier au 17 février 2018, une exposition et plusieurs rendez-vous - lectures, débat, atelier... - autour de l'illustratrice et "imagière" disparue en octobre 2016.

    Artiste sans frontière, Françoise Malaval s'est exprimée dans de nombreux domaines : le spectacle vivant, les arts plastiques, mais aussi l'édition avec des albums illustrés pour la jeunesse, des carnets de voyage et des livres d'art. Des oeuvres multiples et variées où l'Asie est toujours présente.

    Un certain nombre de ses amis et de professionnels avec qui elle a travaillé se sont réunis après sa disparition. L'idée de choisir une bibliothèque pour proposer une exposition qui évoquerait son travail s'est très vite imposée en raison de cette idée même de lecture de ses images. Exposition qui serait une invitation à partager le parcours d'une vie, le parcours d'une artiste dont la cohérence s'est manifesté à travers la multiplicité des supports et techniques.

    Proposer en priorité à la Bibliothèque Méjanes le projet de cette exposition était une évidence, un choix justifié à plus d'un titre. Françoise Malaval a toujours manifesté un vif attachement pour la ville d'Aix-en-Provence, son véritable point d'ancrage depuis l'enfance. Mais aussi, et surtout, ce fut là le dernier lieu où elle est apparue en public, en juillet 2016, à l'occasion d'un atelier de création de kolams, ces dessins éphémères en poudres colorées qui ornent le seuil des demeures de l'Inde du Sud.

    CVoyage.jpg

    L'exposition est produite par l'association portant le nom de Françoise Malaval, association fondée par son mari, l'écrivain Patrice Favaro. Elle a pour objet de faire vivre, promouvoir et diffuser les œuvres de l'artiste au travers d'expositions, d'événements et de rencontres autour des thèmes qui lui étaient chers : arts plastiques, Asie, éducation artistique, droits humains.