Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

revue de presse

  • Sigismond à la Poudrière!

    Pour les examens de fin d’année, des élèves de l'école du film d'animation de la Poudrière (ex Folimage) ont choisi un de me souvrages : "Les oreilles de Sigismond" pour les exercices de développement de concept de séries et unitaires TV à partir d'ouvrages jeunesse.

    41WJ7hLkjaL.jpg

     Il paraît que le projet se présente ainsi: un module de 11 semaines consacrées au développement en groupe de projets TV (séries et unitaires) à partir d'ouvrages jeunesse sélectionnés par l'école. Dans un premier temps, chaque groupe travaille sur l'adaptation d'un ouvrage jeunesse en unitaire TV de 13 minutes, avec écriture du scénario. Le deuxième exercice porte sur l'adaptation en série TV d'un ouvrage jeunesse avec développement du concept, recherches graphiques, storylines, etc....  A l'issue de la formation l'ensemble des travaux sont présentés devant un jury professionnel avec pitch des concepts de série et  lecture des scénarios d'unitaires.

    présentation des projets le 2 juillet. Bonne chance à celles et ceux qui ont choisi Sigismond!

     

     

  • Avis de lecteur

    Un avis de lecteur sur le site LIVRJEUN Nantes

    Dyspraxique, le garçon qui a choisi de se faire appeler Jésus est souvent l'objet de moqueries. En outre, autre source d'incompréhension de la part du plus grand nombre, il a décidé de ne plus manger de viande le jour où il a compris que cela impliquait de mener les animaux à l'abattoir.
    Pour la première fois, un été de son adolescence, tandis que ses parents partent en voyage, il reste à la ferme où vivent sa grand-mère, son oncle et sa famille. Il y devient le souffre-douleur de son cousin.
    Un jour, au bord de la rivière, il rencontre Angélina, jeune fille un peu perdue, qui devient immédiatement son amie. Ils fuguent ensemble, protégés par Élie, qui a l'âge d'être leur père et qui porte une douleur secrète lui aussi. Celui-ci les conduit jusqu'à une maison isolée dans la montagne des Alpes du sud. Ensemble, ils pansent progressivement leurs blessures psychiques avant de redescendre vers les leurs, plus forts et mieux reconnus.

    Patrice Favaro, avec ce roman empreint d'amour des animaux et de la nature en général, nous fait découvrir avec tact un "handicap" souvent méconnu.
    Dans le récit à la troisième personne, il insère des passages plus poétiques, qu'il attribue à son personnage, comme une preuve de son intelligence et de sa sensibilité. Bien que centré sur la psychologie, ce roman maintient un certain suspense lors de la fugue des deux adolescents.

     

    Marie-Paule DESSAIVRE

     

    laveritecrue06-web.jpg

  • Table ronde Etonnants Voyageurs

    Ci-dessous le lien pour écouter mon duo avec Jean-Yves Loude lors du dernier festival  Étonnants Voyageurs avec Christelle Capo-Chichi. On parle de voyages et de livre... ça vous étonne?
     

     
     

    Voyages au-delà du par-delà - Jean-Yves Loude, Patrice Favaro by Étonnants Voyageurs on Mixcloud

     
  • Un débat qui laisse des traces

    photo.jpg

    Des réactions au débat au Salon du livre de Paris, celles du blog 3étoiles (ici)


    "On continue avec une autre table ronde et Fred Ricou. Cette fois, il s’agit de la relation Grands auteurs / Petits éditeurs, avec Eric Denniel (directeur des éditions Le Muscadier) et Patrice Favaro (auteur jeunesse ), et Jean René (directeur des éditions Bulles de Savon) et Michel Piquemal (auteur jeunesse). D’abord j’ai découvert ces deux maisons, et ce que je retiens de cet échange, c’est précisément la relation au temps : temps de l’échange entre l’éditeur et l’auteur, temps de l’écriture, temps de maturation, temps de relecture et temps qui permet un lien de confiance entre ces différents acteurs du livre. Débat hyper intéressant, échange sympathique, super moment !"

  • Des mots voyageurs

    Quelques-une de mes réponses données sur le thème des mots voyageurs sur le blog québécois Austin tout va bien.

    à lire ici

    austin.JPG

    PS. La photo me concernant avec Chandrakan Pulavar, montreur d'ombres au Kerala est de Françoise Malaval.

  • Pan! sur la cursive.

    "Trois questions sur... la fin de l’écriture manuscrite ? entretien avec M-T Zerbato-Poudou." On peut effectivement se les poser, et bien d'autres également. Mais le point n'est pas l'opposition entre la plume et le clavier. Il s'agit avant tout de s'interroger quant au processus de rétrécissement de la pensée (pour ne pas parler de crétinisation forcée) qu'entend imposer aux plus jeunes le Grand Marché via ses nouvelles technologies. "Penser" en pictogrammes... serait-ce donc là une avancée? Raboter le langage dans sa forme la plus complexe qu'est l'écriture n'a d'autre ultime ambition que de mieux asservir.

     

     

    Trois questions sur... la fin de l’écriture manuscrite ? (à lire ici)

     

    extrait: Il est temps de dépasser, sans le négliger, l’aspect utilitaire de l’écriture pour l’appréhender dans ses dimensions historiques et culturelles. Comme un objet qui prend ses racines dans une histoire collective et ancestrale. C’est ce qui permet à chaque élève de se constituer comme acteur et héritier à part entière de cette fabuleuse invention de l’humanité, de prendre plaisir à écrire, que ce soit à l’aide du clavier ou de la plume !

     

    On peut écouter également (c'est ici) à ce sujet une émission sur France Inter (merci Isa pour la veille).

     

  • Revue de presse: ça continue

    C'est le blog Lectures en vrac (ici) qui me fait l'honneur d'une chronique. Elle est datée du 27 avril 2013... comme quoi les bonnes choses peuvent vous échappper!

     

    Patrice Favaro - La fille du loup

     


    La fille du loup / Patrice Favaro.- Editions Thierry Magnier, 2013 (collection Petite Poche).



    4ème de couverture :

     
    Un vieux loup paresseux cherche depuis longtemps comment croquer de tendres brebis sans se fatiguer. Sa fille, qui a de l'ambition et les dents plus longues encore, relègue les anciennes manières de son père, modernise ses méthodes et lance une redoutable opération de charme. Mais les brebis sont-elles si sottes ?




    Avis personnel :

    Oh oui !! Trop trop bon ce roman enfant de la collection "Petite Poche", chez Thierry Magnier ! On l'aime cette collection, et régulièrement, on tombe sur des petites perles comme celle là ! Bref, un coup de coeur !
     
    La fille du loup va user de toute sa ruse pour essayer de rentrer chez les brebis, et les dévorer (ce n'est pas sans nous rappeler le conte de la chèvre et les chevreaux), mais ces dernières ne sont pas si idiotes que ça... ! Texte court, je ne vais pas en dévoiler plus, mais bon, vous avez saisi le sens :)
    Bonne lecture ! Dès 8 ans.
  • Ma cabane au Canada

    Françoise et moi, on va finir pas s'installer au Canada, puisque c'est là-bas qu'on parle le plus de nos bouquins! Cette fois c'est Nancy Roc,
    premier portail canadien entièrement dédié au tourisme durable dans les Caraïbes.

    cliquer sur l'image pour accéder à la page

    Capture.JPG

  • La Faim de l'ogre... vu par Croqu'livre

    LA FAIM DE L'OGRE. Merci à Julie et Myriam de Croqu'livre à Besançon qui, une fois de plus, chroniquent finement un de mes nouveaux livres illustré par Françoise Malaval Imagière. Merci aussi à tous ces médiateurs du livre, ces bibliothécaires, ces enseignants qui, depuis des années, font que mes livres peuvent vivre... Parce que côté libraires "spécialisés" jeunesse... le silence s'est fait plutôt assourdissant!

    la chronique intégrale est à lire ici


    La faim de l’ogre / P. Favaro ; F. Malaval. - Vents d’ailleurs

    Bodhi se voit promettre un grand avenir, hors du royaume de son père, s’il se défie des ogres et ogresses. Il quitte le palais du roi avec 5 de ses frères qui tous se laisseront enjôler par « une suave mélodie », « d’exquises nourritures », de « subtiles odeurs ».... Ils seront aussitôt avalés par des ogres et ogresses travestis. « Le monde ne manque pas de fous qui font de belles proies »...
    « De ses sens il était resté maître », Bodhi va devoir encore affronter la calomnie. Et s’il accède finalement au pouvoir, il n’en acceptera pas les oripeaux.
    Adapté du Telapatte-Jataka, conte de la tradition bouddhiste, cet album a été inspiré aux auteurs par une visite d’un temple thaïlandais. Ils nous font découvrir la teneur de cette histoire traditionnelle et entrevoir, grâce aux 9 planches cartonnées associées à l’album, la technique de ces jakatas, images qui entrelacent les éléments narratifs au sein d’une foule de détails.
    Le coffret propose ainsi une entrée par le texte, avec l’album, ou par l’image avec les 9 scènes, qui telles des dominos s’accolent et constituent l’ensemble de la scène graphique. Entre trame narrative et détails contemporains, l’illustration inscrit le conte dans une modernité et une universalité : peut-on exercer le pouvoir lorsqu’on est esclave de ses sens, de ses désirs ? Quelles résonances actuelles...

    x total.jpg